Le portage : une proximité physique qui favorise le bien-être de l’enfant

En portant votre bébé, vous lui transmettez ce qu’aucune chambre d’enfant installée avec amour, aucun berceau ni aucune poussette ultra confortable ne peuvent transmettre : le sentiment de bien-être, de sécurité, de chaleur, le mouvement, la vie. »
Felix Stauffer, biologiste

Un bébé immature à la naissance

Les bébés naissent au bout de 9 mois (environ) de grossesse.
L’être humain est le seul mammifère dont l’enfant reste dépendant aussi longtemps après la naissance. L’immaturité à la naissance est due à l’évolution de notre espèce : la tête de plus en plus volumineuse du bébé devant passer le bassin de plus en plus étroit de la mère. Le bébé a donc encore besoin de sa mère longtemps après la naissance pour répondre à ses besoins : protection, nourriture, soins, affection…
Mais dans notre société, le bébé est presque immédiatement séparé de sa mère.
Imaginez ce petit être qui a passé 9 mois de sa courte vie dans un lieu chaud, sombre, en perpétuel mouvement, en entendant la voix de ses parents et le fonctionnement interne du corps de sa mère, se retrouver immédiatement plongé dans un environnement lumineux, bruyant, et séparé du corps de sa mère. La naissance est le passage d’un monde à un autre.
Le portage offre une continuité naturelle avec la grossesse et est donc rassurant et sécurisant pour l’enfant, mais également pour la mère.

« Comme l’allaitement, le portage a assuré depuis les débuts de l’humanité à la fois la survie physique des petits d’homme (le contact permanent avec la mère les protégeaient des bêtes féroces) et leur développement psychique (c’est ce contact permanent qui a permis l’apprentissage, la transmission des connaissances et par conséquent, l’émergence de la civilisation).
Comme l’allaitement, le portage a souffert de désaffection à l’époque moderne. On a voulu à toute force transformer les humains de  » primates porteurs  » (et portés) en  » nidicoles  » (qui, comme les oiseaux, se développent dans un nid) : les bébés devaient dormir bien  » au calme  » dans leurs chambres isolées, dans leurs petits lits immobiles. Comme l’allaitement, le portage a connu un regain de faveur à l’occasion du  » retour à la nature  » des années 70. Alors qu’il était considéré auparavant comme une pratique de  » sous-développé « , on a revu dans nos rues des  » bébés kangourous  » sur le ventre de leur mère ou de leur père.

Mais, tout comme l’allaitement prolongé, le  » portage prolongé  » est rare chez nous : quand il dépasse quelques semaines et quelques kilos, le bébé se retrouve généralement en poussette au niveau des pots d’échappement…
Comme l’allaitement, le portage est hors commerce. Mis à part l’achat du porte-bébé (et
encore, on peut très bien le fabriquer soi-même), porter ne coûte rien, alors que toute la
puériculture moderne vise à persuader les nouveaux parents qu’ils ont besoin d’acheter tout un matériel coûteux et encombrant. »
« Enfant bien porté, enfant bien portant. » – Claude Didierjean-Jouveau.

Aujourd’hui, les connaissances scientifiques et psychologiques sur le développement du bébé et ses besoins nous permettent d’affirmer que le portportageage et la proximité physique sont bénéfiques et nécessaires au bien-être du bébé, tant dans son développement physique et moteur, que dans son développement psychologique et social.

Le portage respecte la physiologie du bébé et également celle du porteur. Il permet de porter dans de bonnes conditions, confortablement et longtemps.

Statistiquement, les bébés portés pleurent moins, souffrent moins de « coliques », leur sommeil est de meilleure qualité.

De plus le portage rend l’enfant sécure et c’est donc comme si l’enfant se disait : « Je sais qu’en cas de besoin, ma figure d’attachement me répond. Je peux donc me consacrer pleinement à ma découverte du monde. Je peux lui signaler dès que quelque chose ne va pas bien et elle me répondra. Je suis en sécurité. »

Les avantages du portage et ses nombreux bienfaits pour l’enfant

– le bébé porté pleure moins : une étude parue dans Pediatrics – Journal officiel de l’académie américaine de pédiatrie – en 1996 a confirmé cette évidence : chez la centaine d’enfants observés, le portage réduisait les pleurs et l’agitation de 43 % le jour et 51 % la nuit.
– le portage facilite la digestion et l’évacuation de l’air dans le système digestif, diminue les problèmes de reflux.
– en cas de fièvre, la partie du corps (le sternum) ou repose la tête du bébé se régule automatiquement. Cela est également utile en cas de fortes chaleurs.
– le portage, et donc le peau à peau, entraîne détente et bien-être grâce à la sécrétion d’ocytocines (hormone de l’amour et du lien social) et aussi un sentiment de sécurité, de confiance.
– le portage favorise le développement cognitif : on va parler plus facilement à un enfant porté qu’à un enfant placé dans une poussette ou dans un lit. De plus, l’enfant peut observer le monde qui l’entoure plus facilement.

Les avantages pour le portant

– le portage est tout terrain : rue, montagne, plage, transports en commune, bains de foule… Certains parents choisirons de se passer complètement d’une poussette (dimension économique et écologique très intéressante).
– connecté physiquement à son enfant, le parent l’intègre plus facilement à ses activités quotidiennes : ils sont ensemble, mais chacun est autonome. Cela entraîne donc une liberté de mouvement et d’action.
– renforcement du lien grâce à la proximité.
– plaisir du peau à peau (ocytocine), détente.
– allaitement facilité pour les mères.

Les différentes écharpes de portage

– l’écharpe classique : si vous ne devez n’en avoir qu’une, alors c’est celle-là qu’il faut choisir. Autant pour le bien-être de l’enfant que pour le vôtre.
l'écharpe

– le sling : plus pratique car plus petit et plus rapide à installer, il ne peut cependant pas être utilisé indéfiniment, le poids grandissant de l’enfant ne pouvant pas être également répartie.sling
– le préformé : très pratique mais à utiliser seulement quand l’enfant a acquis la station assise.16847_1024x1024

A éviter : les structures rigides qui ne respectent absolument pas la physiologie de l’enfant !

Comment porter ?

Un atelier (environ 2h) est fortement conseillé pour apprendre à porter. Les vidéos du net et les écrits ne valent pas une expérience avec une professionnelle qui explique comment nouer les écharpes mais également les bienfaits physiologiques du portage.

Voici des règles à respecter concernant le portage 
-le bébé est en position dite de la grenouille  : c’est la position naturelle que le bébé pression9prend quand on le blottit contre soi, qui lui permet de s’agripper et de s’ancrer sur le porteur.
– le dos du bébé doit être bien maintenu par le tissu afin qu’il ne s’affaisse pas.
– les pieds doivent dépasser du tissu afin que l’enfant ne prenne pas naturellement appui sur le tissu.
– la tête est également hors du tissu (même raison que pour les pieds)
– le bébé porté devant est porté assez haut pour respecter le dos du portant et pour lui permettre de caler sa tête contre le sternum ou plutôt, à portée de bisous :).
– être à l’écoute de ses sensations et ne pas hésiter à varier les systèmes de portage, les positions ou les nouages.  La morphologie du porteur et du bébé et les préférences de chacun sont aussi à prendre en considération.

Questions fréquentes

– A partir de quel âge porter son enfant et jusqu’à quand ?
Dès la naissance et après cela dépend de l’envie de chacun mais également de la morphologie de l’enfant. Certains parents continuent de pratiquer le portage jusqu’aux 6 ans de l’enfant.
-Quelle matière utiliser ?
La matière conseillée pour l’écharpe est le sergé croisé : soutien fermement, épouse les formes, laisse respirer la peau. Éviter le coton (trop rigide) et le jersey (trop souple).
-Combien de temps peut-on porter ?
Si les règles physiologiques sont respectées, la durée peut être très longue, soit plusieurs heures.

En savoir plus, se former

Porter son enfant est un site très bien fait sur le portage (histoire, avantages, bibliographie, documentation…)
Isabelle Etcheverry, Doula* et formatrice propose des ateliers de portage dans le Sud Ouest. Elle a suivi la formation de l‘ AFPB (Association Française de Portage des Bébés).

*Une doula est une femme qui apporte soutien et accompagnement moral et pratique à une femme enceinte ou un couple durant la grossesse, la naissance, et la période néonatale.

 

Louise Payet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s