Conférence de Marion Thiessard « Emotions, autorité et bienveillance » – 2018

Marion est psychologue, psychothérapeute et conférencière. Elle créé en 2015 l’association Pour une éducation Bien-Veillante. Cette association a pour but de mettre en place des actions (ateliers, conférences, journées, séminaires, ciné-débats, groupes de partage, etc) qui permettront de préserver la nature lumineuse et créative des enfants, d’instaurer une relation bien-Veillante entre les êtres vivants. L’association se donne pour objectif de défendre et étendre un relationnel et une parentalité consciente et bienveillante, où les enfants seront vus et respectés dans leur être le plus profond, pour une éducation à la Paix.

L’autorité

Définition de l’autorité d’après le Larousse : Pouvoir de décider, de commander et d’imposer ses volontés à autrui.
Autoritaire : Qui impose son autorité de manière absolue.
Voilà des définitions qui ne vont pas dans le sens d’une relation réciproque et bienveillante.

L’autorité des professeurs

Selon Max Weber, économiste et sociologue allemand, l’autorité n’est plus celle d’avant. Avant les années 60, l’autorité traditionnelle de l’instituteur était rationnelle, on croyait à ses compétences. L’enseignant, tout comme un certain nombre de corps de métier tels que médecins, représentants de l’ordre, hommes d’église, etc bénéficiaient d’une légitimité traditionnelle.

Aujourd’hui, être enseignant, parents, etc ne vous garantie en rien une quelconque autorité. Vous êtes attendu à l’endroit de :
– vos compétences : Possédez vous un savoir suffisant ? Savez-vous le transmettre de manière attractive ?
– vos schémas relationnels : Savez-vous être en relation ? Suffisamment authentique sans être transparent ? Suffisamment intime sans être à parité excessive ? Suffisamment doué d’humour sans être dans le copinage ?
– vos valeurs : Faites-vous preuves d’équité, de justice ? De justesse dans vos interventions ?
L’authenticité, la proximité, l’intimité et la créativité sont au rendez-vous.

L’autorité, au fond, c’est quoi ?
C’est oser poser sa parole, son désir, son non désir, ses limites, son être.
C’est la légitimité d’être sur terre et la légitimité d’être dans la relation.

Personne n’est plus important que moi, et je ne suis plus important que personne.

Les émotions

On en vient à la colère. C’est quoi l’émotion colère ?c.png

Mais d’abord, c’est quoi une émotion ?
Les émotions se déclenchent quand il se passe quelque chose pour nous.
Peur → « Attention danger, mets toi en sécurité. »
Colère → « Quelqu’un rentre dans mon espace (physique, émotionnel) sans y être autorisé : STOP. »
Tristesse → Cicatrisation, deuil pour mieux repartir vers la joie.
Joie → « C’est agréable, recommence. »

Pourquoi autorité et colère sont-elles liées ? On émet l’hypothèse suivante : la difficulté à poser son autorité serait liée à la difficulté de se connecter ou se reconnecter à sa colère.
La colère est initialement et biologiquement une très belle énergie qui nous permet de poser nos limites. Malheureusement, depuis des siècles, le volume de cette émotion est mal réglé chez chacun d’entre nous : soit nous sommes en volume haut et sommes en sur-colère et abîmons les autres, soit nous n’écoutons plus notre colère de peur d’abîmer les autres.
Cette émotion est celle qui nous porte vers la lutte, rendre l’autre responsable, et déclenche les conflits, allant jusqu’à la guerre.

Les comportements inadaptés

Derrière tout comportement inadapté il y a une émotion et derrière l’émotion il y a un besoin insatisfait et qui n’est pas entendu.
Exemple : un enfant a besoin de repos. Les circonstances font qu’il ne peut pas répondre à ce besoin. Cela déclenche une émotion et un comportement inadapté.
Il faut prendre le temps d’être là et de voir là où l’autre en est. J’observe de quoi l’enfant a besoin.

gr.png

Exemple :

« Tu es en train de jouer c’est ça ? Tu es en train de prendre soin de ton besoin de jouer ? As-tu encore besoin de jouer ? »
2 possibilités de réponse :
« Non c’est bon »
« Oui » → « Ok. Là c’est l’heure d’aller à l’école. On note ce besoin de jouer et on en prendra soin tout à l’heure. »
Si l’émotion est déjà là, l’accueillir.
On a le droit d’avoir des émotions, mais pas le droit d’abîmer les autres avec.

La co-création

Exemple : l’enfant a besoin de jouer, moi de me reposer. L’idéal est de co-créer une solution qui répondra aux besoins de chacun.

L’autorité va avec l’accueil de l’émotion.
L’autorité, c’est écouter l’autre en s’écoutant.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s